Amour Chance & Beauté – S01 E05

* précédemment, dans « Amour Chance & Beauté » *

— Oh John, vous voilà enfin ! Que le temps m’a semblé long ici sans vous !
— Tenez Samantha, j’en ai profité pour vous rapporter ça : vous pourrez ainsi vous changer, abandonner ce tablier de cuisine qui vous dessert, et enfin sortir de ce confessionnal décidemment beaucoup trop petit pour nous deux !
— John, vous qui parliez de respect tout à l’heure ; franchement, vous ne pensez pas que vous auriez pu choisir autre chose que ma robe rouge à paillettes qui met si bien en valeur ma forte poitrine, ma taille fine et souple, mes hanches rondes et mes belles fesses aux formes harmonieuses, pour l’enterrement de ma vieille grande tante sourde et muette et aveugle ?
— Samantha, je crois que vous venez de battre le record de la question la plus longue !
— Il semblerait, oui.
— Je suis désolé Samantha, mais j’aime tellement cette robe : je trouve qu’elle met si bien en valeur votre forte poitrine, votre taille fine et souple, vos hanches rondes et vos belles fesses aux formes harmonieuses !
— Ah ? Vous trouvez ?
— Oui. C’est pour ça que j’ai précisément choisi de vous amener cette robe.
— Il semblerait que vous n’ayez pas apporté que ça : pourquoi avez-vous aussi pris une poêle, John ?
— Une poêle ?
— Oui, une poêle. C’est bien la queue d’une poêle que je sens là, non ?
— La queue d’une poêle, dites-vous ? Non, je ne vois pas, non.
— Allons John, ne faites pas l’enfant : montrez-moi !
— Mais il n’en est pas question, Samantha !
— John, mon sucre en poudre, que vous arrive-t-il ? Parlez, je vous en prie, ne me laissez pas dans l’ignorance. Je sens bien qu’il y a quelque chose.
— Je…
— Oui ?
— J’ai…
— Oui ?
— J’ai pas… J’ai pas trouvé le frigidaire dans la cuisine, Samantha !
— Oh mon Dieu !
— Samantha, ne blasphémez pas : nous sommes toujours dans ce maudit lieu saint de confessionnal de nom de…
— Oui, d’ailleurs, à ce propos John, si vous pouviez m’aider à me déshabiller…
— Ah oui ? D’accord !
— Et ensuite, m’aider à me rhabiller…
— Ah bon ? D’accord.
— Nous serons peut-être de retour à temps dans notre cuisine !
— Samantha ?
— Oui, John ?
— Vous avez dit « notre » cuisine ?
— Oui, John, c’est bien ce que j’ai dit : j’ai dit « notre » cuisine !
— Oh Samantha, comme il est loin le temps où vous me criiez encore « Mais foutez-moi le camp de ma cuisine John, vous ne me servez à rien ! » ! Oh ! Je vous aime, Samantha ! Dieu m’en soit témoin !
— Il faut dire qu’on Lui facilite le travail !
— Embrassons-nous Samantha ! Embrassons-nous passionnément !
— Oui John ! Embrassons-nous ! Par contre, faites attention avec…
— Ah oui, pardon, excusez-moi, Samantha. Je vais me mettre plutôt comme ça.
— Oui, c’est mieux. Mais franchement, encore une fois John, quelle idée avez-vous eu d’apporter cette poêle !

* à suivre *


© 2018 Sara Afonso – Tous Droits Réservés
photo de la couverture © Ajeet Mestry

télécharger le texte au format PDF