Hivers

Des arbres morts aux branches nues,
Des monts de neige et de brouillard,
Des jardins blancs aux oiseaux noirs ;
Voilà la vie que je peux voir
En regardant par la fenêtre.

Des arbres morts jadis feuillus,
Qui ombrageaient tous les matins
Les vignes d’or au blanc raisin ;
Voilà la vie de mon jardin
Que je peux voir par la fenêtre.

Des monts de neige où vont les rus,
Ralentis par la vitre fine
Et les poissons qui dorment, dînent ;
Voilà la vie de mes collines
Que je peux voir par la fenêtre.

Des jardins blancs aux plants rompus,
Jadis si beaux, jadis si verts,
Semblant si grands et sans frontières ;
Voilà la vie de mes hivers
Que je peux voir par la fenêtre.


© 2013 Sara Afonso – Tous Droits Réservés

photo de la couverture © Simon Matzinger